Chacun son style, chacun son accord

Publié le 18.08.2016 par Nelly Lacoudre - Vice-présidente du Comité local d'action sociale de Vitry-Thiais

Le mercredi, à l’heure du déjeuner, des accords résonnent à l’Institut de chimie et des matériaux Paris-Est de Thiais. Musicien chevronné, le professeur de ce cours de guitare lancé en octobre 2014 par le Clas est gardien de nuit à l’Institut.

En juillet 2014, lorsque notre collègue et secrétaire du Clas de Vitry-Thiais, Léon Preira, s’arrête à la loge pour discuter avec Ryad Chehrit, gardien de nuit de l’Institut de chimie et des matériaux Paris-Est (ICMPE), situé à Thiais (Val-de-Marne), il n’imagine pas les conséquences de cet échange. Car Ryad est un brillant guitariste donnant des cours et se produisant régulièrement avec un groupe de « folk métal berbère », Andaz Uzzal(1), qui a enregistré un disque magnifique, Ass Anegaru (Apocalypse). L’enfance de Léon lui revient à l’esprit, son oncle, autodidacte, capable de jouer n’importe quelle mélodie et lui, écoutant, émerveillé, en se disant qu’un jour, il jouerait aussi bien. Il nous propose alors d’organiser des cours de guitare à l’institut. Notre réaction est immédiatement enthousiaste.

Dans la bonne humeur

Aujourd’hui, comme chaque mercredi, de 12h30 à 13h30, dans une salle de réunion de l’ICMPE, les six participants du cours grattent l’instrument dans une sympathique cacophonie : d’un côté, les débutants ; de l’autre, les confirmés. Ryad passe de l’un à l’autre pour de précieux conseils personnalisés. Le tout, dans la bonne humeur. Léon travaille avec application un morceau de Lokua Kanza, un musicien congolais. Christine et Benjamin essaient quant à eux d’enchaîner les accords de leurs morceaux : American dreaming (The Mamas and the Papas, groupe folk rock des années 1960) pour l’une, Wonder World (Oasis) pour l’autre.

Une occasion à saisir

Le coût modique de l’inscription(2) et la proximité avec le lieu de travail ont sans doute réveillé des anciennes vocations. “Jouer de la guitare nous trottait dans la tête depuis longtemps si bien que nous avons sauté sur l’occasion, soulignent ces deux ingénieurs au CNRS qui sont dans la même situation familiale. Hélas, avec des enfants [en bas âge], nous n’avons pas le temps de beaucoup travailler à la maison et les progrès tardent à venir”. Qu’importe quand le plaisir est là.

Attentifs aux conseils de Ryad (photo du milieu), les participants du cours de guitare grattent l’instrument ou leur papier ©DR

Notes

1. Voir sa page Facebook.
2. Quarante-quatre euros par trimestre avec la participation du Clas.


Les autres articles du dossier :


Rencontres

Musique, langage, éducation

Chercheur au laboratoire de neurosciences cognitives de Marseille, Mireille Besson nous explique le rôle de la musique dans l’apprentissage, ses implications sociétales et ses potentialités thérapeutiques.


Lire la suite
Arts et Culture

Le big bang d’un big band

Le Big Band CNRS de Marseille interprète un répertoire composé d’arrangements existants et de pièces originales. Bruno Canard, un de ses cofondateurs, nous raconte la naissance et l’histoire de ce tout jeune groupe composé d’une vingtaine de musiciens.


Lire la suite