Agents ou enfants d’agent du CNRS et musiciens

Publié le 19.08.2016 par Claire Kulaga
Nathalie Kowalczyk © Bruno Pelican – Photographe

Passion d’enfant, lubie d’adolescent ou violon d’Ingres, la musique se conjugue sur tous les modes avec une vie professionnelle ou étudiante. La singularité de chacun se reflète dans les genres musicaux et les instruments pratiqués. Nathalie, Élisa et Didier en témoignent.

Nathalie Kowalczyk, 31 ans, surnommée Crapux

Chargée de transfert de connaissances – station biologique de Roscoff

Instrument : cordes vocales, fausses cordes, diaphragme.

Genre musical : métal mélodique.

Nom du groupe : Tungs10 (prononcer “tungstène”). Pour les curieux, nous avons une page Facebook et un clip sur YouTube.

Musicien favori : Alt-J, groupe de rock indépendant alternatif anglais.

Musiciens détestés : j’aurais plutôt dit ignorés, mais les citer leur accorderait bien trop de crédit.

Vos débuts dans la musique : ma maman voulait faire du piano… elle m’a donc inscrite à des cours, à six-sept ans.

Morceau favori : spontanément aujourd’hui ce sera Ninja de Die Antwoord.

Meilleur et pire souvenir musical : chaque concert est un excellent moment, même les pires !

Prochain concert ? : le calendrier n’est pas figé. Une date est certaine : le 2 décembre au Club Coatelan de Plougonven (Finistère). Si le destin est favorable, nous participerons à un tremplin pour le Kraken Metal Fest en Belgique, le 24 septembre.

Si, à l’occasion de ses 60 ans, le CAES organisait un gala en 2017 ? : si vous êtes prêts pour du métal, nous le serons aussi !

 


© Evelyne Delamadeleine

Élisa Delamadeleine, 23 ans

Étudiante en droit, enfant d’agent du CNRS

Instrument : piano, guitare et chant.

Genre musical : toute mon adolescence a été bercée par la musique dite rock – classic rock, rock indé, alternatif, rock and roll, métal, psychédélique, pop rock, folk. Il est intéressant d’être connaisseur d’un genre musical en particulier. Néanmoins il serait idiot d’occulter toutes les cultures musicales qui sont aujourd’hui à notre portée.

Musicien favori : j’ai des goûts très éclectiques. Dans mes playlists, on trouve des artistes aussi différents que David Bowie, LCD Soundsystem, Tame Impala, Tom Tom Club, Camille, The Rolling Stones, Bashung ou Radiohead. Mais si je dois en citer un, les Black Rebel Motorcycle Club m’ont marquée plus que d’autres. C’est rock, mais pas seulement : leur musique peut être à la fois aérienne et électrisante. Ce sont des artistes complets.

Musicien détesté : Michel Sardou. Sans aucune hésitation ni justification, c’est comme ça, il est l’élu.

Vos débuts dans la musique : ma grand-mère paternelle avait un piano. Cet instrument m’intriguait. Je l’ouvrais tout le temps lorsque nous allions la voir. Ma mère m’a ensuite inscrite au conservatoire, à l’âge de quatre ou cinq ans. J’ai adoré. Puis j’ai voulu jouer de la guitare, car j’écoutais beaucoup de rock. Je désirais m’accompagner pour pouvoir chanter. Par la suite, j’ai rencontré des musiciens. J’ai joué avec leur groupe, et ils m’ont proposé de faire des concerts avec eux. J’ai de très bons souvenirs de cette époque.

Un morceau favori : difficile de choisir un titre en particulier. Une chanson marquante correspond à un moment de vie, à un instant ou une pensée. Je dirais que la chanson qui m’a le plus touchée ces dernières années est Spanish Sahara, du groupe Foals : six minutes et cinquante-trois secondes d’intensité, de rêverie et de puissance.

Meilleur souvenir musical : la 25e édition des Eurockéennes de Belfort. Des instants magiques que je ne suis pas près d’oublier.

Prochain concert ? : En tant qu’interprète rien de prévu à ce jour. En tant que spectatrice, le prochain concert programmé est celui de Flume au Zénith de Paris, le 16 novembre.

Si, à l’occasion de ses 60 ans, le CAES organisait un gala en 2017 ? : je serais très excitée d’y participer !

 


Didier Ducouloux, 48 ans

© LCF Photography

Technicien bureautique INIST CNRS à Vandœuvre-les-Nancy

Instrument : guitariste rythmique.

Genre musical : rock métal.

Nom du groupe : je joue dans deux formations, Wintereve (death metal mélodique) et Ghord (trash metal).

Musicien favori : Dave Lombardo, batteur de Slayer, groupe de thrash metal.

Musicien détesté : Personne en particulier.

Vos débuts dans la musique : j’ai acheté ma première guitare à 17 ans et j’ai, dans la foulée, intégré un groupe avec deux copains de lycée. Nous faisions des reprises de Téléphone. Je jouais aussi avec d’autres potes dans les sous-sols de nos parents. Puis j’ai rejoint un groupe plus “sérieux”. Nous parcourions 5 km à vélo pour rejoindre le local de répétition : une vraie expédition !

Morceau favori : High Hopes (Pink Floyd), À tout le monde (Megadeth).

Meilleur et pire souvenir musical : le meilleur, le Lezard’Os Metal Fest 2014. Pendant trois jours, avec mon groupe, nous avons vécu comme des stars en côtoyant des musiciens plus huppés comme Napalm Death, Loudblast. Le pire, la lente agonie de ce même groupe. Quand tu te dis que demain ça ira mieux, mais que c’est tout le contraire qui arrive, jusqu’au moment où tu préfères passer à autre chose parce que tout t’échappe.

Prochain concert : en tant que spectateur, j’attends avec impatience la venue de l’excellent groupe de trash metal canadien Annihilator qui existe depuis trente ans, il vient jouer le 22 novembre au Gueulard à Nilvange en Moselle. En tant que musicien, je n’ai aucune date prévue pour l’instant, car mon groupe Wintereve est en plein enregistrement d’un nouvel album qui sera accompagné d’un vidéo-clip. Les dates de concert arriveront ensuite, je l’espère.

Si, à l’occasion de ses 60 ans, le CAES organisait un gala en 2017 ? : ce serait une bonne chose et j’y participerais avec plaisir.