Sous le ponton d’Oléron, on y coasse tous en rond

Publié le 23.07.2020 par Clémence Mermillod

La piste cyclable permettant de relier la Vieille Perrotine à Boyardville a été en partie surélevée par un ponton. Un aménagement décidé par la communauté de commune d’Oléron pour sécuriser les déplacements de batraciens dans cette zone de nature préservée.

Sur le ponton, poussés par les vents marins, les vélos filent à vive allure vers le club de voile ou Boyardville. Sous le ponton, grenouilles et autres amphibiens coassent en toute quiétude, protégés des Poulidor en goguette. En effet, certains vacanciers l’auront peut-être remarqué, un ponton a été aménagé sur la piste cyclable jouxtant la Vieille Perrotine, village de vacances du CAES sur l’Île d’Oléron. Cette large structure de bois surélève la piste cyclable qui relie Boyardville d’une vingtaine de centimètres au-dessus du sol. Pourtant, ce ponton n’enjambe aucun cours d’eau ou marais. Alors à quoi sert-il ?

Préserver un site fragile

« Le site concerné est un site fragile de dunes fossiles boisées et de milieux humides arrières dunaires, ces milieux naturels sont rares sur l’Île d’Oléron, il convient donc, lorsque cela est nécessaire, de les aménager pour concilier les usages ainsi que la protection de ces milieux naturels, de leur faune et de leur flore », explique Flavie Rouet, technicienne au service des espaces naturels de la communauté de communes d’Oléron. « Le ponton a donc été réalisé pour permettre aux petits animaux, y compris les amphibiens, de se déplacer librement dessous, ce qui permet de ne pas créer de « barrière » dans leurs déplacements et ainsi de conserver un corridor écologique pour la petite faune (petits mammifères, amphibiens, reptiles…) » ajoute celle qui a suivi la construction de cet aménagement, finalisé au mois de mai dernier.

Des espèces que l’on ne peut pas observer partout, selon Flavie Rouet : « De nombreuses espèces d’amphibiens et de reptiles vivent sur le site de Fort-Royer, dont des espèces sensibles. Ce cortège d’espèces est propre à ce milieu particulier entre marais et dunes. » Petit conseil aux amateurs de nature : une petite escapade aux abords de celui que l’on surnomme déjà le « ponton aux grenouilles » de bon matin ou à la tombée de la nuit permet, surtout aux périodes de reproduction au printemps, d’assister à un concert de coassement de toute beauté !