Jean Marie Dewarumez, « cet amoureux des gens »

Publié le 11.02.2020 par Clémence Mermillod
Jean-Marie Dewarumez en 2015, © Claire Kulaga

Le 20 janvier dernier, Jean-Marie Dewarumez, élu du CAES du CNRS et ancien président de l’association, s’est éteint. Jacky Hirsch, qui a partagé de nombreuses années d’engagement au sein du CAES à ses côtés, lui rend hommage. Des professionnels et élus du CAES ont tenu à s’associer à cet élan en joignant leurs souvenirs de cette personnalité forte d’une profonde humanité.

Jean-Marie Dewarumez était un homme de conviction et un passionné. Il vient de décéder à l’âge de 69 ans, après des décennies d’engagement multiples, autant professionnels que syndicaux, ou encore politiques et associatifs. Son physique attachant, avec ses cheveux grisonnants et bouclés faisait penser à un chercheur un peu dans la lune, mais qui cachait une activité tous azimuts. Jean-Marie aimait les gens, il aimait la science, il était passionné de peinture et de culture, de randonnées et de découvertes, et lorsqu’il lui restait un moment, la nuit, il avait la tête dans les étoiles pour observer le ciel.

Caroline Zimmer, trésorière du CAES
« La première fois que j’ai rencontré Jean-Marie, nous étions en vacances à la Maison Clément dans les Cévennes. Amateur de randonnées, il partait de bon matin, à la fraîche, avec sa famille et ses amis pour explorer les sentiers cévenols. Le soir, nous profitions de ses comptes-rendus sympathiques et imagés autour de l’apéro. Il était intarissable sur les étoiles et il nous proposait un rendez-vous pour regarder le ciel à 4h du matin… A l’occasion de l’inauguration de la toute première piscine de la Maison Clément, il a été jeté à l’eau, à l’instar de l’ensemble des vacanciers présents ! Point de fâcherie alors, seulement son rire, franc et sincère, qui témoignait de sa bonhommie naturelle.
Nous nous sommes retrouvés par la suite au Conseil d’Administration du CAES au sein duquel il a œuvré avec passion et dans la convivialité, jusqu’à devenir Président du CAES.
Son engagement et son militantisme étaient fortement ancrés en lui et il exprimait par là toute sa sensibilité et ses grandes valeurs morales. Toujours respectueux et soucieux des autres, Jean-Marie était une personnalité attachante, aimable et agréable à côtoyer.
Partager tous ces moments d’amitiés avec Jean-Marie aura largement enrichi ma vie et je me souviendrai toujours de lui avec beaucoup d’émotion. Merci à toi, Jean-Marie ! »

Elu au CA du CAES du CNRS en 2007, il s’est impliqué en 2011 comme secrétaire général, tout en assurant la direction de la station marine de Wimereux, puis a assuré la présidence du CAES du CNRS en 2015. En 2016, des problèmes de santé l’ont conduit à démissionner de ses fonctions à responsabilités, mais il est revenu comme membre du bureau national du CAES en 2019. Durant toutes ces années il a en particulier suivi l’ensemble des sections locales et régions de notre association. Pour assouvir sa passion pour les randonnées, il a régulièrement passé ses vacances dans les centres CAES, avec toute sa famille, parfois accompagné d’un enfant ukrainien qu’il accueillait pour quelques semaines dans le cadre de l’association « Les enfants de Tchernobyl ».

Représentant syndical  SNCS-FSU au CAES,  il a également représenté son syndicat dans diverses instances comme le comité national ou la commission nationale d’hygiène et de sécurité.

Dans sa commune Wimereux, il a été élu au conseil municipal et a assuré des fonctions d’adjoint. Fier des belles villas de sa commune, il était également président de l’association « Le charme de Wimereux ».

Toujours avec le milieu associatif, il ne ratait jamais les grandes expositions artistiques de sa région ou de Paris. Cet amoureux des gens, de la science et du beau était toujours accessible, prêt à aider ou expliquer sa spécialité professionnelle, la biologie marine, à défendre une cause juste. Nous penserons souvent à toi en cherchant le passage de la station spatiale internationale dans le ciel nocturne.

Dominique Swinnen, directrice du village de vacances La Maison Clément
« Difficile de trouver les mots, tant les souvenirs sont présents.
J’ai cherché les photos des moments inoubliables de tes nombreux séjours à la Maison Clément, mais impossible de mettre la main dessus. Et c‘est normal, ces photos n’existent pas. Les souvenirs sont là, omniprésents et c’est toujours en souriant qu’ils reviennent. Moments simples et précieux comme les ateliers peinture/couches-culottes de nos enfants dans les escaliers, l’inauguration arrosée (dans tous les sens du terme) de la première piscine à l’aire de jeux, les apéros sous la treille, les soirées grillades, les bricolages, les discussions sur la pluie, le beau temps, les enfants, le CAES, la vie quoi.
Ta joie de vivre, ta gentillesse, ton éternelle bonne humeur et ta bienveillance m’ont marquées mais également toutes celles et ceux qui ont croisé ton chemin, que ce soit ici aux Plantiers ou ailleurs.
Ton implication envers la Maison Clément a toujours été sans faille, merci. Je continuerai à faire fonctionner ce bel outil car je sais que de là-haut tu garderas un œil sur tout. »

Jacky Hirsch

 
Stéphane Boyer, directeur du Centre Paul-Langevin, village vacances du CAES à Aussois
« En 2008 ou 2009, à l’issue d’un concert proposé dans le cadre de « la semaine musicale » dont Jean-Marie et sa famille étaient des spectateurs très assidus, j’aperçois Jean-Marie dans la cour d’accueil du centre, smartphone en main, scrutant alternativement le ciel étoilé et son appareil. Je m’approche de lui pour l’interroger, et il m’indique qu’il consulte un site indiquant précisément le trajet et l’horaire de passage de la station spatiale ISS, il m’informe que celle-ci devrait survoler le centre sous peu. Quelques instants plus tard, un point brillant apparaît au-dessus du Râteau d’Aussois, nous survole et poursuit sa course en direction du Mont Cenis. J’ai été surpris de la rapidité de l’engin, ému de penser qu’au-dessus de nos têtes à des milliers de kilomètres des hommes sont en orbite… Depuis ce jour, lorsque dans le ciel étoilé de nos montagnes j’aperçois un point lumineux se déplaçant rapidement, bien qu’il s’agisse certainement d’un avion,  je pense à cet instant passé en la compagnie de Jean-Marie et aux habitants de l’ISS. »