Carnet de marcheurs en Corrèze

Publié le 15.01.2020 par Clémence Mermillod

La section régionale d’activités spécifiques (Seras) « randonnée et découverte » du CAES du CNRS vous partage ce journal de bord d’un séjour de marche autour d’Egletons, en lisière du parc naturel de Millevaches. Un guide précieux pour ceux qui souhaiteraient découvrir cette splendide région. 

Du samedi 17 Août 2019 au samedi 24 Août 2019, l’association SeRAS Randonnées et Découvertes du CAES du CNRS organisait son séjour d’été à deux pas du bourg médiéval d’EGLETONS,  au centre de vacances Le Domaine du Lac. Cet espace boisé de 3 hectares donne sur les rives d’un grand lac artificiel aménagé pour les activités aquatiques. Le bâtiment principal construit dans la période 1965-1969 par l’architecte Roland Schweitzer est inscrit au titre des monuments historiques du XXème siècle.  Ce séjour, très bien conçu par trois d’entre nous, Jackie Bourguignon, Elisabeth et Marius Chassaing, ici vivement remerciés, fut bien agréable à vivre !

Un séjour bien orchestré

Durant cette petite semaine ensoleillée,  le  groupe de 37 personnes, découvrit, chemin faisant,  une région et son patrimoine local. Nos randonnées à la journée permettent  d’apprécier les paysages en observant une biodiversité façonnée au fil du temps, encouragés par les commentaires avertis et spécialisés de nos guides professionnels (Membres du Bureau des Accompagnateurs de la Montagne Limousine). 

Des brebis… originaires du Plateau des Millevaches ! Photo : Pierre Ribaudeau.

Entre plateaux, massifs, lacs et rivières, les sources et cascades ne sont jamais loin de nous et les itinéraires proposés croisent à la fois des sites reconnus mais aussi des lieux impossibles à explorer sans la connaissance géographique, naturaliste et écologique de nos deux guides locaux, enfants du pays (Florent G.  et Quiterie D).

 

JOUR 1 : dimanche 18 août 2019 : Le cirque de Freysselines : une randonnée au pied du Massif des Monédières.
Durée : 6 h. Distance : 14 km. Dénivelés : 460 m

Ce cirque, vaste plateau, jouxte le massif granitique des Monédières qui culmine à 919 mètres et  qui appartient au Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin. Le sentier ensoleillé monte et descend sans cesse mais en pentes douces et arrondies. De nombreux troupeaux de brebis originaires du Plateau des Millevaches broutent cette lande! Vu la déprise

Le cirque de Freysselines dans le massif de Monédières. Photo : Pierre Ribaudeau.

agricole, cette pratique aide à la conservation des espèces (bruyères, genêts, myrtilliers, mûriers et framboisiers) et au maintien des milieux ouverts trop souvent colonisés par des végétaux pionniers comme la fougère aigle (dédaignée des brebis !) et le sorbier des oiseleurs. Sur notre chemin, nous pouvons déguster les  productions artisanales des fermes des Monédières où la myrtille est reine! Sauvage ou cultivée en biologique, ce fruit fait l’objet d’une activité agricole bien développée localement et nationalement.

JOUR 2 : lundi 19 août 2019 : Le plateau de Millevaches : une randonnée incontournable autour de la Tourbière du Longeyroux.
Durée : 6 h. Distance : 14 km. Dénivelé : 270 m

De difficulté moyenne, ce circuit de 14 km, nous a plongés au cœur de la tourbière, vaste  dépression de 250 hectares. Très bien aménagée et préservée en tant que « Zone Natura 2000 », cet écosystème est accessible par les sentiers botaniques d’interprétation installés sur caillebotis  au milieu d’espèces végétales spécifiques du marais telles les Sphaignes, les Linaigrettes et les Droseras.

Nous gardons en souvenir l’aspect mystérieux et légendaire de cette zone humide et froide. Nous imaginons aussi que sur cette zone régnait jusqu’au début du XXème siècle une activité

La callune foisonnant sur le Plateau des Millevaches. Photo : Pierre Ribaudeau.

économique intense, liée à l’exploitation de la tourbe comme combustible. Puis nous abordons des zones plus sèches où poussent les conifères (pins sylvestres, mélèzes et sapins), de la bruyère des marais, beaucoup de callune et toujours des troupeaux de moutons et vaches limousines. L’après-midi,  un demi-groupe explore davantage le territoire vers l’étang des Oussines, dans un cadre lumineux et calme où foisonnent nénuphars et libellules. L’autre demi-groupe visite le site archéologique gallo-romain classé des Cars.

JOUR 3 : mardi 20 août : Le puy de la Tourte et les cascades du Deiro
Durée : 6 h. Distance : 14 km. Dénivelé : 500 m

Nous voici au sud du Plateau de Millevaches afin de remonter la rivière du Deiro dont la source  se trouve sur le Puy de la Tourte. Au départ, le sentier franchit un petit dénivelé avec de belles cascades. Le cadre est frais, aquatique et verdoyant. Le soleil éclaire les nombreuses mousses et lichens incrustés dans les blocs de granit. Il nous faut enjamber des escarpements granitiques afin de pouvoir admirer le moulin communal restauré de Contensousas. Au sommet, malgré le ciel nuageux, nous contemplons un splendide panorama sur les hauteurs vertes et boisées de la Haute Corrèze. Au  loin, les massifs auvergnats voisins. La descente de l’après-midi suit un sentier forestier aux senteurs d’essences de pins Douglas et d’épicéas replantés dans les années 1950 et 1970. Les plateaux habités alternent avec les fonds humides et sauvages qu’il nous faut aussi franchir grâce à des passerelles étroites.

LE MERCREDI 21 AOUT : journée de repos

Visites libres des villes proches : Gimel les cascades avec son église du 15ème siècle classée et ses trois cascades d’une hauteur de 143m. Meymac et son patrimoine bâti exceptionnel, entre autres bourgs dignes d’intérêts.

JOUR 4 : Jeudi 22 août 2019 : Découverte du patrimoine historique de la région sur les premières traces  du mouvement des troubadours en occitan.
Durée : 6 h. Distance : 14 km. Dénivelé : 600 m

 Notre point de départ se situe au village de Marcillac-La-Croisille. Le  chemin sillonne des  forêts humides où sourdent de petits ruisseaux comme la Soudeillette. Les  mousses et  lichens colonisent  les nombreuses branches mortes des arbres. Sous le soleil de midi, la visite guidée des ruines du château de Ventadour nous conte la grande et petite histoire de ces lieux hauts perchés, repères des troubadours. Le retour fut très agréable avec une halte bien fraîche à Darnet, au sein de la belle église romane de Saint-Maurice, aux épais contreforts en granit.

JOUR 5 : vendredi 23 août 2019 : Les gorges de la Dordogne.
Durée : 6 h. Distance : 14 km. Dénivelé : 450 m

Cette dernière randonnée explore le sud du pays moins élevé. Après avoir suivi quelques méandres de la Dordogne avec ses installations hydrauliques, nous atteignons le « Jardin du

Panorama sur les hautes gorges de la Dordogne. Photo : Pierre Ribaudeau.

Bardot » avec ses cultures en terrasses  uniques où les propriétaires récoltèrent des fruits inconnus jusqu’alors dans la région. Puis le sentier grimpe vraiment vers  un magnifique panorama surplombant les hautes gorges de La Dordogne.  La belle descente, plantée de charmes (qui succèdent aux hêtres) et de chênes croise un bâti toujours traditionnel avec de très beaux toits de Lauzes.

Notre séjour estival se termine. Le groupe se sépare bien chaleureusement en se promettant de très prochaines rencontres ! Cette ambiance très conviviale et ludique est entretenue aussi par nos ainés, ici présents, tels Lucien Piotrowski et ses amis qui portent toujours avec entrain la mémoire bien vivante de cette association ! Venez-nous rejoindre !

Anne-Marie Lavarde, extraits de son carnet de voyage et  Pierre Ribaudeau pour  ses photos.

Remerciements des auteurs :  À Françoise, Elisabeth, Anne, Marius et Jean-Claude pour leur collaboration ainsi qu’à tous nos compagnons de route cet été là.